Entre parenthèses

Quand je ne fais pas grand chose, je fais semblant d’être occupé
Tant que personne s’y oppose, autant profiter de ma paix

Alors je tisse mes rêves en toile pour pouvoix mieux m’y enfermer
Expirer un dernier râle parce que moi ça me plaît de râler

Et il me reste de la vodka, je veux arrêter de fumer
Mais trop d’instants incroyables tournent autour d’un cendrier
Et j’aimerais manger moins gras, du moins, simplement rassasier
Ce corps qui en veux-tu en voilà, s’entête à pas s’arrêter

Je cherche de l’or sur le plateau, je me bats contre mes cheveux
J’ai trop souvent eu soif pour deux, volant de l’hydromel aux cieux

Et ça n’allait pas mieux qu’avant, ça valait pas mieux pour autant
Ca aura juste tué le temps et mieux exploré nos carcans

Et il nous reste de la vodka, je veux arrêter de fumer
Mais trop d’instants mémorables tournent autour d’un cendrier
Et j’aimerais manger moins gras, du moins, simplement rassasier
Ce corps qui en veux-tu en voilà, s’entête à pas s’arrêter

Comment va ta photosynthèse et les secrets que les gens taisent?
Et leurs regards vidés de braise? Entre parenthèses

Comment vos tes ongles arrachés et tes paupières paraffinées?
Ta tendance à te calfeutrer, toujours à tout rembobiner?

Mais il nous reste de la vodka, je veux arrêter de pleurer
Grâce aux moments mémorables qui tournent autour des cendriers
Et on pourra manger moins gras, du moins, simplement rassasier
Nos corps qui en veux-tu? En voilà! On s’entête à pas s’arrêter

 

Kenneth Le Boulengé