Nos Vices

 

Des larmes, des cris puis des sourires
Dûr de voir qu’ailleurs y’a pire
Mais on transcende et on oublie
Les amnésies qu’on se construit

Et j’abandonne ma structure
J’délie mes points de suture
On arrache nos nerfs en furie
Pour affranchir nos poésies

La langue en lambeaux, dans de beaux draps
À se mettre à l’envers et ne plus en marcher droit
Et si tout bouge, que nos têtes rêveuses glissent
Tu sais que j’t’apprécie quand même
Que j’apprivoise tes vices

Fréquenter la folie sans s’briser la vie,
C’est facile vu par écrit
Mais on se sait tous bien prévenus
Bien trop curieux pour la vertu

Quand la pièce cesse de tourner
Ta sueur à séché
On te dit que plus jamais
Mais on va se retrouver

La langue en lambeaux, Dans de beaux draps
À s’mettre à l’envers et ne plus en tenir droit
Et si tout bouge, que nos têtes rêveuses glissent
Tu sais que j’t’aime quand même, et j’aime même tes vices

Mélange encore nos alchimies
On spéculera sur le produit
Allez viens récolter le vent
Montrer au ciel qu’on a du cran

La langue en lambeaux, Dans de beaux draps
À s’mettre à l’envers, on est vivants et on y a droit
Et si tout bouge, que nos têtes rêveuses glissent
Tu sais que j’t’aime quand même, et on sème nos vices
On sème nos vices
Et t’apprivoises mes vices

 

Kenneth Le Boulengé